Chroniques d’une confinée

Toute ressemblance avec la personne ayant écrit les quelques lignes qui vont suivre ne serait que le fruit de votre imagination un peu trop fertile !

Semaine 6

Lundi 20 avril. Me réveiller avec les cheveux roux m’a surprise ! Mais en y réfléchissant un peu et en y regardant d’un peu plus près, finalement ça me plaît bien ! Allez, il est 8h30, c’est la rentrée !! Bon, je suis toujours dans mon lit mais mon mail du jour est parti J Maintenant, c’est à eux de bosser. Je passe ma matinée à compléter le drive de la classe et à peaufiner les plans de travail de la fin de la semaine. A midi, il me manque toujours 5 réponses d’élèves. Pour un jour de rentrée, 5 absents, c’est chaud !! Objectif de l’aprèm : réussir coûte que coûte à les joindre ! J’appelle, donc. J’ai même mon petit chouchou au téléphone qui me raconte ses vacances avec sa petite voix trop mims qui me fait fondre. Il a construit des tours en Légo avec sa petite sœur, c’est si chou ! Bilan, sur les 5, y en avait quand même 2 qui avaient oublié que c’était la rentrée… Quand on vous dit que le confinement fait des ravages !! Pour conclure cette journée, je m’accorde une heure de Masterclass pour progresser dans mon écriture, puis une heure de lecture de l’Ennéagramme* rien que pour moi. Vous devinerez aisément ce qu’on a fait lorsqu’Amélie est rentrée, ça devient un vrai rituel chez nous à son retour de l’hôpital 😉 Apéro, purée-knacki et Outlander ont rythmé notre soirée !

* C’est une méthode originale (et en même temps vieille comme le monde) dynamique et positive qui permet de mieux se comprendre, donc de mieux se connaître et donc de s’accepter plus facilement. Mais surtout, elle permet, une fois la pilule avalée, de progresser et de se détacher petit à petit de toutes ces blessures qui nous enferment et nous font vivre inlassablement les mêmes histoires (qui peuvent facilement ressembler à l’enfer sur Terre, quand on y pense) ! Je travaille avec depuis six mois, et c’est FOU !

*

Mardi 21 avril. 8h30, mail envoyé, réponses aux demandes des parents parties, je replonge dans les aventures de Gilles Belmonte quelques instants en savourant mon petit-déjeuner. Ma matinée s’écoule doucement. Je prépare de nouveaux exercices, je recherche des idées pour les semaines à venir et je rappelle les plus faibles de mes élèves pour m’assurer qu’ils sont bien au travail ! A midi, je déjeune sur Skype avec Jeanne ! On déguste nos galettes via nos écrans, ça part en délires d’élèves, en quart d’heure bitch (ooops) sur Instagram et en projets Netflix : ils ont annoncé une mini-série sur Sissiiiiii !!!! Je me remets enfin au travail vers 14h30 et opte ensuite pour un appel à ma Môman qui jardine tranquillement au soleil pendant que je m’installe sur mon balcon-appui-de-fenêtre improvisé. On parle de mes cheveux, ma pauvre Manman se demande bien ce qui m’est passé par la tête ! On parle de plein d’autres choses aussi, de tout ce qui va changer après le confinement, de nos retrouvailles, de mes frères et sœurs confinés avec elle, de la nouvelle lubie de ma petite sœur Margaux qui a craqué et adopté Rimbaud le matin même. Bon, ok, qui ne craquerait pas devant un petit cocker aussi choupi que lui, en même temps ? J’ai hâte de le rencontrer, haha ! C’est con comme tout mais ça fait une joie de plus 😀 A peine ai-je raccroché que je découvre un message de May’ qui, s’étant elle aussi plongée dans l’Ennéagramme ces derniers temps, vient de comprendre qu’elle n’est pas du tout le type qu’elle pensait être. Elle est un peu catastrophée parce que sa découverte l’amène vers un type qu’elle n’avait pas du tout envisagé, en l’occurrence, c’est le même que le mien. Pendant une heure, je m’évertue à lui montrer à quel point il est beau, le chemin qui s’ouvre devant nous une fois la porte passée et la blessure acceptée ! Elle est rassurée, et moi je suis beaucoup trop heureuse d’avoir trouvé une nouvelle alliée sur mon chemin de Résurrection, et surtout surtout, de pouvoir lui partager tout ce que je vis grâce à mes temps de prière et de réflexion personnelle à ce sujet ! Parce que oui, il y a une blessure, comme pour chaque type, mais mon Dieu, qu’est-ce que c’est beau de la regarder avec des yeux neufs et de se dire qu’elle ne régira ma vie comme elle l’entend ! Mon rendez-vous quotidien avec Jésus se transforme en action de grâce ! La joie déborde de mon cœur et lorsque je rejoins la chorale, j’ai beaucoup de mal à tenir en place. Je voudrais hurler de joie mais je peux pas trop, quoi, ils ont tous l’air tellement concentré, tellement sérieux… Je suis très dissipée, du coup, il y a tellement de choses qui me passent par la tête que je n’écoute que d’une oreille distraite ce qui se dit, noircissant un bout de papier de tout ce que j’ai envie de raconter à May’. Amen de Gloire, merci Jésus pour toutes ces personnes qui croisent ma route !!

*

Mercredi 22 avril. Mon mail du jour est envoyé et Gilles m’appelle. Je reste au fond de mon lit pour profiter d’un chapitre de plus. Et puis je réalise qu’avec mon après-midi d’hier passée à téléphoner, je n’ai toujours pas regardé la suite du Bureau des Légendes ! Ni une, ni deux, je bondis pour attraper mon ordi, pas une minute à perdre. Mal m’en a pris. Après ça, plus moyen de me lever… Je traîne, je traîne. Tiens, c’est marrant, j’ai l’impression que la même histoire se répète plus ou moins chaque mercredi depuis le début de ce satané confinement ! Boarf, tant pis. Ouais mais quand même, quand je pense à la joie qui m’habitait hier soir, je me sens un peu bête. A 12h30, Clarisse, pile à l’heure, me tire de mon interminable valse du pouce sur Instagram. On remet nos vies à jour, c’est fou de se dire que presque un mois a passé depuis notre dernier coup de fil, et qu’on a beau être confinées, la vie continue et on trouve encore des milliers de choses à se raconter ! Plus question de rester au lit après ça, j’ouvre grand les fenêtres de l’appartement et me dépêche de me remettre au travail. En l’occurrence, mes élèves n’ayant pas besoin de moi cet aprèm, je replonge dans mon Victoire. Décidément, j’avance de manière chaotique et un peu trop à l’aveugle dans ce bouquin-là, il est temps de m’y remettre plus sérieusement. Je reprends le début et défile consciencieusement les pages les unes après les autres à la recherche de coquilles et de passages illogiques. C’est l’ennui quand on écrit des petits bouts à tout bout de champ. Quand on les recolle les uns avec les autres, parfois ça manque de sens ! Et puis il me manque toujours la clé de voûte de l’histoire. Ce moment où mes deux héros vont cesser de se croiser sans arrêt. J’ai écrit 70 pages, ils vivent des trucs de ouf chacun de leur côté, on ne peut pas dire qu’ils s’ennuient, mais je ne sais toujours pas comment je vais les réunir… !!! La fatigue me surprend peu avant le retour d’Amélie. Pourtant j’ai bien dormi ces dernières nuits. Ça doit être parce que j’ai passé ma matinée à traîner, ça ! Il va falloir que je m’accroche pour suivre mon rendez-vous JET+ ce soir !

*

Jeudi 23 avril. Mail du jour ? OK. Petit dej ? Avalé. Douche ? Passée. Même que mes cheveux sont de plus en plus beaux et de plus en plus doux, si si. Il est 9h et je suis prête. Wahou ! Eh ben ça tombe très très bien parce que j’ai du pain sur la planche. Hors de question que je passe mon week-end à bosser, même si Mimi est de garde. Alors j’attaque les plans de travail de la prochaine semaine. A midi, on s’apprête à déjeuner quand je reçois un appel : mes colis sont làààààà ! Ah, oui, parce qu’en fait j’ai craqué à deux reprises ces dix derniers jours. D’abord, j’ai commandé un nouveau portable, le mien étant de plus en plus capricieux, et ensuite ben… j’ai aussi commandé des fringues hier en traînant sur Instagram. J’ai pas résisté à l’appel de ces couleurs et de ces tissus qui me tendaient les bras. Ça fait trop longtemps que je n’ai pas fait de shopping !! Ils sont làààà, mes nouveaux bébés ! Je trépigne. On déjeune quand même loin de tout ça, mais sitôt le café/tisane passé, je prends en main mon nouveau joujou. Oooops, pas bon pour mon aprèm de travail programmée, ça… Hum. Voyons voir… Ah, bah Anne m’appelle, comme ça c’est réglé ! Je galère un peu au début, je n’arrête pas de raccrocher sans le vouloir. (Interdiction de vous moquer, je suis pas douée avec la technologie, c’est tout.) Finalement, quand on raccroche, je rejoins Amélie au soleil. Il fait trop beau pour ne pas en profiter. Mon bouquin sur les genoux, le visage tendu vers les rayons brûlants, je m’évade au milieu de l’Atlantique en compagnie de mon marin préféré. L’aprèm est passé, et voici déjà l’heure de mon rendez-vous avec Jésus. Ma tête en a décidé autrement, elle fait aucun effort pour se concentrer, et en plus la voisine du dessous chante à tue-tête. C’est chaud. Je contemple ma bougie et me laisse porter. Au moins je suis à l’heure et je fais de mon mieux pour me rendre disponible. Mais la migraine ne passe pas. Du coup, c’est Amélie qui s’occupe du dîner alors qu’elle est en repos. Je m’en veux un peu. On dîne rapidement avant de rejoindre nos petits lits. Je m’effondre sur le mien. Cette nuit, c’est sûr que je ne risque pas d’être insomniaque avec la tonne de doliprane que j’ai avalée pour faire passer mon mal de crâne. J’ai juste le temps de me dire que j’ai l’impression de vivre des montagnes russes en matière d’états émotionnels cette semaine avant de m’endormir.  

*

Vendredi 24 avril. Réveil douloureux. J’envoie mon mail. Il fait beau mais je suis à côté de mes pompes ce matin. Je fixe le plafond. Et soudain, éclair de génie ! ça y est !!!!! Je tiens enfin la clé de mon Victoire, je vais pouvoir avancer ! Je saisis mon ordinateur et pianote frénétiquement dessus pendant… presque trois heures ! My God ! J’ai pas fait ça… Je me précipite dans la chambre d’Amélie qui bouquine au soleil. « Mimi ! ça y est, je l’ai, je peux te lire, tu peux me dire ce que t’en penses ? Steuplé steuplé steupléééé ! » Je suis tellement surexc’ que c’est la première fois que je vais lui lire à voix haute ce que j’ai écrit. Elle me lance un regard amusé par-dessus ses lunettes de soleil. Euuuh, oooops, il est 11h passées, elle est habillée, coiffée, sa chambre est rangée. Je suis encore en pyj, j’ai les cheveux en pétard et mon lit ressemble à un champ de bataille ! Mais elle accepte, et je me jette à l’eau. J’ai le cœur qui bat à 10 000 ! Je crois que je n’ai jamais écrit un truc aussi chargé émotionnellement. C’est toute mon âme qui habite ces quelques pages. Quand je me tais, quelques minutes plus tard, elle me dit : « Wahou, je m’y suis crue, là. J’étais avec eux et tout, je ressentais tout comme eux ! Je VEUX la suite ! » YEEEEESSSS, mission accompliiiiie !!!!!!! Je saute de joie ! Maintenant, ça va rouler comme sur des roulettes, youhou ! Je suis sûre qu’à ce train-là, il sera fini à la fin du confifi ! Je fonce sous la douche en chantant et on déjeune tranquillement. Cet aprèm, je dois boucler le programme de travail de mes loulous pour la semaine prochaine. Je vais tester une grande première : mon mur va devenir un tableau et je vais leur apprendre comment on conjugue grâce à une petite vidéo. Pas moyen de commencer ça à l’écrit, il FAUT manipuler ! Et je vais leur montrer comment faire. Amélie filme mon tableau improvisé et me voilà presque transportée dans ma classe, exception faite que la seule élève qui est là, c’est ma coloc, et que ça fait belle lurette qu’elle a appris à conjuguer, elle. Mais je suis fière de moi, j’ai réussi et ma petite vidéo est trop chouette ! Voilà, tout est prêt pour la semaine prochaine, et je peux enfin appeler Claire-Em ! Plus tard, on trinque aux cinq prochains jours qui s’annoncent difficile pour Mimi : elle va enchaîner un week-end en unité COVID puis 3 jours d’HDJ avant un gros week-end de repos ! Et hop, au dodo !

*

Samedi 25 avril. Réveil aux « aurores ». Je suis tellement étonnée que, comme Amélie n’est même pas là, j’ai l’impression qu’on est lundi. Je m’apprête à envoyer un mail à mes élèves quand je réalise que le week-end ne fait que commencer. Aaaah, bah ça va, alors ! Je referme les yeux et retourne dans les bras de Morphée pour quelques minutes. Je prends mon petit-dej au lit en avalant des pages et des pages des aventures de mon beau Gilles. Le voilà arrivé sur l’île de La Réunion et il s’allie avec des Pirates pour chasser les Anglais ! Ah, qu’est-ce que je l’aime ! Après une bonne heure de vagabondage sur terre et sur mer en compagnie du Capitaine Belmonte, je reprends mon ordinateur et m’attèle à la suite des aventures de mes héros à moi. Du coup, je saute le déjeuner. Je n’en reviens pas : comment mon traître de ventre a-t-il pu oublier quelque chose de si important ?? Il est 14h passées. Je suis encore et toujours en pyj dans mon lit. Tssss ! on ne se refait pas si facilement ! Ma volonté est partie se cacher tout au fond de mon armoire d’où elle murmure inlassablement : « oublie-moi, oublie-moi… » Elle est marrante, parfois. J’ai aucune envie de manger salé. Je retourne me servir un bol de céréales. Ben quoi ? prendre un deuxième petit-dej, c’est un peu comme faire recommencer la journée, nan ? Je suis ravie de mon stratagème qui me permet de conjurer le sort et d’oublier cette nouvelle matinée passée au lit. Mon deuxième petit-dej avalé, je me lève enfin pour de vrai. J’ai une pêche d’enfer ! Ménage et rangement sont effectués rapidement, la vie est belle, tralala. J’ai même descendu les poubelles, wahou ! Alors que je m’assois pour rédiger la lettre promise à May, un coup de fil de la petite Marie me tire de mes réflexions. Elle a lu TOUS les articles de mon blog et tenait absolument à me faire un retour. Ouuuaaah ! Tellement encourageant ! J’ai trop besoin de tous ces retours, c’est tellement précieux !! Je suis ravie, ça me rebooste à fond ! Je termine ensuite ma lettre et prépare le dîner. Amélie rentre PILE POIL au moment où mes croque-monsieur sont prêts ! A taaaaable !

Une confinée (qui a le cœur en fête) parmi tant d’autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s